Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
Le wiki de la syna
Juin 2017
DimLunMarMerJeuVenSam
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Calendrier Calendrier

Les anniversaires




Sujets similaires

Le Séder de Pessah : une perspective kabbalistique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Séder de Pessah : une perspective kabbalistique

Message par SergeC le Ven 25 Mar - 10:15

Le Séder de #Pessah : une perspective kabbalistique
Un regard sur la portée kabbalistique des différents aliments réunis sur la table du Séder.
par le rabbin Eliahou Yaakov
Plus...

Les aliments présents sur table du Séder interviennent à plusieurs moments de la soirée du Séder. Selon les maîtres de la Kabbala, ils véhiculent, chacun à leur façon, un message phare de la fête de Pessah.

Penchons-nous sur les différents aliments mis à l’honneur le soir du #Séder :

   La Matsa
   Le vin
   Un plateau du Séder garni de :
   Karpass
   Maror
   ‘Harosset
   Os à moelle
   Œuf

Le #vin

Le vin occupe une place essentielle dans le judaïsme. Pour des événements de nature spirituelle, comme les mariages, les circoncisions, le Chabbat, le judaïsme associe une coupe de vin. Pourquoi ?

Le vin est produit à partir de la substance qui se trouve dans le raisin. Il provient d’un lieu caché et illustre l’élément caché qui doit être révélé. De même, dans ce monde matériel, la spiritualité est cachée et c’est à l’homme qu’il incombe de la révéler au grand jour.

C’est pour cette raison que la valeur numérique du terme hébraïque désignant le vin, yayin, est la même que la valeur numérique du terme hébraïque désignant le secret, sod. Le vin illustre la composante secrète du matériel, à savoir le spirituel. De ce fait, pour tout moment ou événement spirituel, le judaïsme associe le vin afin de révéler le potentiel spirituel inhérent à cet événement. Comme le Talmud l’affirme : « Lorsque le vin entre, le secret sort. »

Le #karpass

Le terme karpass a un double sens. Le sens biblique de karpass est celui d’un tissu légèrement coloré. Néanmoins, à la table du Séder, nous nous sommes habitués à un autre sens du terme karpass : un légume vert.

Quel est le lien entre le karpass-tissu et le karpass-légume ? Et que vient faire le légume du karpass à la table du Séder ?

Rachi éclaircit le lien en expliquant que le manteau spécial de Joseph était composé de karpass, ce tissu légèrement coloré.

Le manteau de Joseph fut à l’origine de la descente ultime du peuple juif en Égypte. Lorsque Jacob offrit à Joseph ce manteau bien particulier, les frères de Joseph en furent jaloux. De là, les frères vendirent Joseph à des hommes, qui à leur tour le vendirent comme esclave en Égypte. D’où sa présence à la table du Séder.

L’eau salée

Le sel est unique en son genre : en soi, il est amer, mais saupoudré sur d’autres aliments, il relève leur goût et les rend plus appréciables. Cette dualité se retrouve dans l’essence de la souffrance.

En effet, il existe deux approches face à la souffrance :

La première considère la souffrance comme une épreuve dépourvue de toute finalité. Reposant sur une conception étriquée de la vie, elle se concentre exclusivement sur l’élément perturbant, en occultant sa contribution à une perspective plus large des choses. Ce qui la rend forcément amère.

À l’inverse, la seconde approche considère la souffrance comme une épreuve dotée d’une finalité certaine. Fondée sur la certitude que tout vient de Dieu et que tout ce qui arrive dans le monde est pour le bien, elle appréhende l’épreuve comme la pièce d’un puzzle cosmique servant ultimement l’intérêt de l’homme. Vu sous cet angle, la souffrance s’en retrouve adoucie.

   En prenant du recul face à la face « visible » du monde, que l’homme peut tourner ses esprits sur la finalité de l’épreuve.

Les maîtres de la Kabbala remarquent que la la réaction naturelle d’une personne en proie à la souffrance est de fermer les yeux. Ils expliquent que cela est dû au fait que les yeux, ces organes physiques, sont incapables d’appréhender la finalité spirituelle de la souffrance. C’est donc en fermant les yeux, en prenant du recul face à la face « visible » du monde, que l’homme peut tourner ses esprits sur la finalité de l’épreuve.

Pendant le Séder, nous trempons le karpass dans l’eau salée afin de symboliser le concept de la souffrance dotée d’une finalité ; nous considérons toute souffrance dans la vie comme un moyen de nous améliorer plutôt qu’une torture dénuée de sens. (En outre, nous trempons le karpass dans l’eau salée pour symboliser les larmes versées par le peuple juif lorsqu’il était esclave sous le règne égyptien.)

Cette dualité du sel se retrouve dans la Mer morte. En raison de son fort taux de concentration en sel, la Mer morte ne contient aucune espèce vivante, mais elle possède tout de même une faculté étonnante de guérison. En soi, la Mer morte est « amère », mais lorsque quelqu’un se trempe dans la Mer morte, il est « adouci. »

L’os à moelle

L’os à moelle n’est pas consommé pendant le Séder. C’est plutôt un rappel du sacrifice de l’agneau pascal que l’on apportait à l’époque du Temple. Le message sous-jacent de cette offrande peut se déduire de ses lois :

L’agneau pascal devait être âgé d’un an, il ne devait pas posséder d’os cassé et on devait le manger en entier dans une maison. Ces caractéristiques représentent le thème de l’unité et de l’harmonie. Et les Kabbalistes d’expliquer que l’agneau pascal est une expression de l’unité entre Dieu et le peuple juif.

En outre, l’offrande était spécifiquement un agneau, car, d’après les Sages, le corps entier d’un agneau ressent la douleur de chaque membre - une allusion au destin partagé de chaque Juif.

La #matsa

On se réfère à la matsa à la fois comme le pain de la liberté et le pain de misère. Quel lien peut-il exister entre ces deux notions ?

Les Kabbalistes expliquent qu’un pauvre est souvent seul et dénué de tout. Néanmoins, dans un sens, cette image de pauvreté contient un certain degré de liberté : s’il ne possède rien, il n’a donc aucun bien qui le retient. De même, nos Sages nous enseignent : « Accumuler des biens, c’est accumuler des soucis. » Ou pour reprendre un proverbe populaire : « Plus on a d’argent, plus on a de problèmes. »

Pour aller plus loin, la liberté la plus profonde à laquelle l’être peut accéder se trouve en lui-même : c’est la liberté par rapport à ses propres instincts, ses inclinations, sa nature et son éducation, lui permettant ainsi d’être réellement capable d’opérer un choix libre.

C’est là l’essence de la matsa : un aliment composé exclusivement de farine et d’eau, sans aucune adjonction ni association.

   La matsa sort du four identique au moment où elle y est entrée.

De surcroît, le Zohar, l’ouvrage essentiel de la Kabbale, désigne la matsa comme « l’aliment de la foi. » En effet, contrairement au ‘hamets qui fermente par lui-même, la matsa n’opère aucun changement en elle-même. Tout est mis en œuvre par celui qui la confectionne. Elle sort du four identique au moment où elle y est entrée. Le message de la matsa est que le monde naturel ne tourne pas de lui-même. Au contraire, il est totalement dirigé par Son Créateur.

C’est également le message des miracles survenus lors de la Délivrance juive de l’Égypte. Les Égyptiens crurent par erreur que le monde fonctionnait au gré des constellations et qu’aucune puissance supérieure ne tirait les ficelles. On relèvera avec intérêt que c’est la civilisation égyptienne qui inventa le pain levé, le pain qui « monte par lui-même. »

#Maror – les herbes amères

Nul n’ignore que le sens du maror est de nous aider à nous identifier à l’amertume de l’esclavage égyptien. Mais reste à savoir pourquoi les Juifs se trouvent-ils si souvent asservis et constamment ballotés ?

La Kabbale nous enseigne que chaque nation dispose d’un ange qui lui est préposé, un « émissaire » de Dieu, à l’exception du peuple juif, chez qui Dieu est « directement » au-dessus de lui.

Lorsque le peuple juif s’attache à Dieu, il n’est absolument pas possible qu’une autre nation impose sa volonté ou son règne sur eux. Mais si le peuple juif délaisse Dieu, ils reste sans défense et tombe immanquablement sous l’âpre domination d’une autre nation.

Le ‘#harosset

Les Sages nous livrent trois raisons de consommer du ‘harosset:

   En raison de sa consistance terreuse, le ‘harosset rappelle le mortier que les Juifs devaient travailler lorsqu’ils étaient occupés aux travaux de construction en Égypte.
   En Égypte, les femmes juives, qui croyaient à une délivrance imminente, séduisaient leurs maris, épuisés et frustrés par leur rude labeur, pour continuer à avoir des enfants et à perpétuer le peuple. Dans la Kabbale, le fruit de la Tapoua’h (traduit généralement comme la pomme ou le citrus) est une référence à la féminité. De ce fait, le ‘harosset composé de fruits rappelle la vertu des femmes qui affirmèrent leur féminité de cette manière digne de louanges.
   Le ‘harosset nous rappelle le sang : soit le sang juif versé en Égypte, soit la première des Dix Plaies lors de laquelle l’eau des Égyptiens fut transformée en sang.

À partir de ces différents sens du ‘harosset, il s’avère qu’il a une connotation à la fois amère et douce. C’est peut-être la raison pour laquelle le ‘harosset doux est consommé avec le maror amer ; d’un côté, le ‘harosset est un rappel d’événements amers, et d’un autre côté, il adoucit le maror amer.

L’œuf

À l’époque du Saint Temple, le peuple juif apportait une offrande festive appelée ‘haguiga. De nos jours, où le peuple juif se trouve dans un exil spirituel continu, nous plaçons au lieu de cela un œuf sur le plateau du Séder. L’œuf est associé au deuil, car en raison de sa forme ronde, il symbolise en effet le cycle de la vie. Il inspire des sentiments de peine et de réconfort, sachant que nous sommes actuellement sans le Temple et dans l’incapacité d’offrir cette offrande, mais nous espérons et prions pour nous trouver « l’an prochain, dans la Jérusalem reconstruite ! »
Le membre suivant remercie pour ce sujet :

SergeC
Admin

Messages : 21
Date d'inscription : 24/02/2016
Age : 66

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Séder de Pessah : une perspective kabbalistique

Message par Admin le Lun 22 Mai - 18:57

Le membre suivant remercie pour ce sujet :

Admin
Admin

Messages : 16
Date d'inscription : 20/02/2016
Age : 66

http://synaciotat.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum